Le village icaris


L’EURO POUR BÂTIR LE TEMPLE DE L’HOMME LIBRE

Pourquoi un Temple ?
Parce que le Temple est un sanctuaire
qui porte en lui, à l’instar de l’Homme,
les dimensions de la matière et de l’Esprit.


L’UNIVERSITÉ LIBRE DES ARTISANS D’UN MONDE NOUVEAU, UNIVERSITÉ DE TOUS LES SAVOIRS

Un espace où chacun pourrait s’exprimer selon ce qu’il est, selon ce qu’il sait ou croit savoir ; car nous avons toujours à apprendre du plus humble. Un lieu d’expérimentation de la Vie, non plus par la génétique, mais directement par l’Esprit et par les mains ! Un territoire éprouvette qui permettrait de mettre en œuvre à une petite échelle une architecture sociale et économique autonome et autosuffisante pour ce qui est de la production des besoins primaires, respectueuse des individus et de l’environnement, reproductible à l’échelle globale et adaptable en fonction des lieux
et des cultures. Une ossature fixe qui permettrait le déploiement d’une activité stable génératrice de suffisamment de richesses pour assurer un bon niveau de vie à une communauté définie dans sa structure mais fluide dans l’exécution de ses fonctions, autorisant ainsi le mouvement et la libre circulation des individus qui la composent : le seul impératif étant la présence de la compétence adéquate à la fonction requise.

MAIS POUR BATIR UN TEMPLE, IL FAUT DES PIERRES…

Puisse cette contribution représenter l’une des premières pierres de cet édifice que nous rêvons grand et beau, si grand et si beau qu’il emporte la Terre toute entière ! Seulement, tout a un coût, et le retour même vers l’Origine a un coût ! C’est pourquoi l’EURO (Entreprise d’Unification et de Rappel des Origines) appelle l’Euro (€) ! Que celui qui juge digne de bâtir un tel Temple sache sa bourse délier en fonction de ce qu’elle contient ! Il s’agit d’apporter chacun sa pierre, chacun selon sa force, de manière à obtenir un tas, un amas de matière première qui permettra de réaliser cet espace restant à définir, et qui sera le reflet de ses bâtisseurs.


Racheter la terre… pour l’offrir à la Terre !


ÉRIGER UN CAPITAL ET LE DIRIGER VERS UNE ENTREPRISE HUMANISTE : TEL EST L’ENJEU DE CE PROJET.

L’idée que les petits ruisseaux font les grandes rivières, que l’union fait la force et que l’Océan n’est qu’un amas de gouttes d’eau ne doit jamais nous abandonner ! Cent mille personnes qui donnent un euro, cela fait cent mille euro. C’est à la fois peu et une formidable énergie ! Combien d’Humanistes à un euro ? Et si le plus pauvre peut donner un euro, que peut donner le plus riche ? Il est clair que par une chaîne efficace, où chaque maillon s’efforce de recruter d’autres maillons, une petite somme investie par chacun peut rapidement accumuler un capital important. Plus important sera le capital, plus importante pourra être l’œuvre ! Cet appel n’est autre qu’un appel à une contribution volontaire et généralisée à l’Œuvre d’Humanité dans laquelle nous sommes déjà engagés ou devons nous
engager si nous désirons profiter de l’Ère Nouvelle qui s’offre à nous.


Etape N° 1 : constituer une structure (SAS ?) en vue de l’acquisition d’un domaine expérimental libre de propriété individuelle

L’EURO (Entreprise d’Unification et de Rappel des Origines) appelle l’Euro (€), mais pas seulement ! Car on ne construit pas un Temple seulement avec des pierres ! Il faut, pour construire un Temple, des pierres et de la conscience !

C’EST DANS LA CONSCIENCE QUE LE MONDE EST UN QUE L’HOMME TROUVERA SA NÉCESSAIRE ET JUSTE LIBÉRATION .

L’Esprit de l’Université Libre des Artisans d’un Monde Nouveau, c’est avant tout l’Esprit de Tolérance : si la Vérité est UNE et indépendante de tout point de vue, et a toujours pour nom AMOUR, la réalité, elle, est multiple et toujours dépendante de la situation de l’observateur. Il est important de faire la différence entre les choix de société qui impliquent la vie de tous, qui représentent la règle du « vivre ensemble » et demandent pour une parfaite harmonie l’adhésion de chacun, et les choix personnels n’engageant que la conscience et le mode de vie de l’individu qui les fait. Que chacun soit libre de sa conscience dans le respect de celle de son prochain : nous nous entendrons dans le simple langage du cœur et nous saurons alors que l’apparente différence de l’autre, loin d’être le facteur de notre ruine, est bien la source de notre richesse véritable. La vie est pour tous en abondance, pour peu que nous sachions la partager sans la morceler ; pour peu que nous sachions laisser à la Terre ce qui appartient à la Terre, au Ciel ce qui appartient au Ciel, et à chacun la conscience de qui il est, le Ciel et la Terre, dans l’Esprit du Partage, nous donneront à tous en abondance !

L’homme est a la fois dépendant et créateur de son milieu.


Etape N°2 : avoir une claire vision de l’œuvre à réaliser à travers un « plan d’architecture globale » aménageant l’espace et le temps sur la base de la Justice et l’Équité, et du respect de la liberté individuelle

IL N’EST PAS UNE SEULE FORME QUE L’HOMME AIT CRÉÉE DANS LA MATIÈRE, QUI NE LE FUT AVANT DANS SA PENSÉE.

Combien d’hommes sur la Terre désirent pour les autres ou pour eux-mêmes la souffrance ou la misère ? Qu’est-ce que la richesse de l’homme qui bâtit sa fortune sur la misère, grâce à la misère de son frère ? Quels sont les rêves d’un tel homme, si un tel homme peut dormir tranquille encore durant la nuit ? Si de tels hommes ne sont qu’une petite minorité, alors pourquoi la planète présente-t-elle le visage de misère que l’on connaît ?
C’est que la forme du monde dans sa dimension économique, sociale et politique, qui est l’art du « vivre ensemble » est le résultat de la pensée et des agissements collectifs, qui sont eux-mêmes le produit de la somme des acceptations, des agissements et des pensées individuelles.
C’est à travers l’union de nos intentions que se dévoilera la forme d’un monde Juste et Equitable : nous devons penser le monde dans la Justice et l’Equité pour qu’il puisse prendre la forme de la Justice et de l’Equité.
Cela suppose de la part de chacun d’entre nous, outre l’abandon de vouloir imposer aux autres ce à quoi nous voudrions échapper nous-mêmes, ou au contraire s’octroyer à nous-mêmes ce que nous voudrions voir refusé aux autres (aime toi toi-même comme tu aimes ton prochain…), le courage et la force de l’opposition à ce que nous ressentons comme non conforme à l’idée que nous nous faisons de la Justice et de l’Equité.
La question qui se pose alors est : «la Justice et l’Equité peuvent elles dépendre de l’idée que chacun peut s’en faire, sont elles des sciences moins exactes que l’horlogerie, l’informatique ou l’astronomie ?»
Répondre oui à cette question signifierait qu’elles ne peuvent avoir de réelle existence, puisqu’elles deviendraient alors des inventions humaines dépendant d’un agencement de lois subjectives. Au contraire, définissant un juste équilibre dans les relations entre des individus, leurs lois peuvent être découvertes mais non inventées, encore moins imposées de manière aléatoire. Si donc la Justice et l’Equité ont des lois aussi mécaniques et mathématiques que toutes les autres sciences en lesquelles l’humanité excelle, comment expliquer le déficit accumulé dans ces matières autrement que par une volonté contraire, ou pour le moins déficiente ?


Etape N° 3 : mettre en œuvre sur le terrain expérimental le chantier de la réalisation dans la matière du concept préalablement défini

Il s’agit de créer une structure, une entité indépendante des membres qui la compose, faite de fonctions destinées à créer une richesse collective capable de faire vivre un nombre donné de personnes. Le territoire doit être suffisamment grand pour envisager l’autonomie pour ce qui est de la production des besoins essentiels, et la population suffisamment nombreuse pour regrouper en son sein les compétences et la variété nécessaires à la bonne marche de l’ensemble : miser sur cent à cinq cents hectares pour une population résidente d’environ mille personnes me semble être un ordre de grandeur raisonnable répondant à ces deux impératifs et pour pouvoir prétendre mener une expérience reproductible à une plus grande échelle.


Peut il y avoir une autre issue pour la majorité des hommes que l’état d’esclavagisme en lequel ils se trouvent de par leur propre acceptation face à la volonté dominatrice d’une minorité ?
Peut il y avoir une autre issue pour l’humanité que son effondrement dans le chaos généré par sa propre inconscience ?

Si nous savons imaginer une autre solution, alors oui : une autre issue est possible !

La solution a déjà été imaginée : il ne reste plus qu’à la matérialiser !

Or, pour aboutir à une création, il y a deux possibilités :

♦ soit l’on agit hors du temps, dans l’instantanéité : il y a alors une énergie absolue à travers un temps aboli, c’est ce que l’on appelle le miracle.

♦ soit il est nécessaire de disposer de ces deux paramètres : le temps et l’énergie. Ne disposant pas de l’absolue énergie qui permet de réaliser les miracles, c’est dans le temps que nous devons envisager la création… D’une manière générale, nous pouvons dire que moins l’énergie est importante, plus le temps nécessaire sera long pour une création donnée, et inversement, que plus le temps impartit est court, plus l’énergie nécessaire à cette création devra être concentrée. L’immobilisme quant à lui, une énergie nulle dans un temps infini, s’apparente au mirage…


L’objet de l’expérience du Village Icaris est de démontrer qu’une organisation sociale, économique et politique créatrice de richesses par la seule mise en oeuvre des compétences et de la force de travail, basée sur la Justice et l’Equité d’une contribution en rapport direct avec la consommation, respectueuse de la Nature et respectueuse de la liberté d’implication des individus en fonction de leurs désirs ou de leurs besoins est possible.


Apporter son soutien au projet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 − 16 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.