Le véritable visage de l’OMS ?

Alerte !

La qualité de l’air que vous inspirez n’est pas scientifiquement prouvée.

Afin de vous prémunir de tout effet indésirable qui pourrait être induit par l’un ou l’autre de ses composants, le principe de précaution devant rester la règle, il vous est instamment demandé de cesser de respirer jusqu’à l’obtention des résultats d’une véritable étude menée sur le sujet.

Rassurez vous, ces résultats devraient être connus d’ici moins de deux ans, qui reste toutefois le temps nécessaire pour une étude vraiment digne de ce nom.

#COVID-19 Lettre ouverte d’un médecin de Marckolsheim et commentaire de Georges Gastaud contre les interdits de soigner.

…”Peut-on qualifier autrement que de « crime contre l’humanité ou crime de guerre », puisque nous sommes en « temps de guerre !» selon le Président Macron, l’action des pouvoirs publics qui : empêchent les médecins généralistes de traiter efficacement avec le mix hydroxychloroquine-azithromycine classant, comme par hasard, au tableau des substances vénéneuses mi-janvier 2020 une  hydroxychloroquine auparavant en ventre libre”…

Un article à lire sur le site Initiative Communiste

Covid-19 : Pourquoi maintient-on les Français dans la peur ?

En France, le Plaquénil® qui était en vente libre jusqu’en janvier 2020 date de l’apparition du Covid-19, a été retiré des pharmacies, pis encore deux décrets du gouvernement datés du 25 et du 26 mars, ont interdit l’utilisation de cet antipaludéen « dans la prise en charge du Covid-19 en médecine de ville » sous peine d’emprisonnement. On déconfine le 11 mai sans donner aux médecins des armes pour se battre alors qu’ils sont en « guerre » comme Emmanuel Macron l’a signifié lui-même de manière appuyée. Un collectif « Laissons les médecins prescrire » s’est insurgé contre ces décisions et réclame le droit à chaque praticien de prescrire selon son âme et conscience ce qui est dans l’intérêt du patient. Tour d’horizon avec Dr Violaine Guérin, endocrinologue, gynécologue, spécialiste en immunologie et membre de ce collectif qui regroupe près de 1200 médecins jusque-là.

Un article à lire sur Libnanews, Le Média Citoyen du Liban