J’AI MAL A MA FRANCE, J’AI HONTE A MON PAYS, JE PLEURE MA CHÈRE PATRIE…


…Qui fleurait bon le goût de la douce Liberté et des lendemains qui chantent, et je me demande comment nous avons pu en arriver là, comment nous avons pu tomber si bas…

Comment nous avons pu au fil des générations, livrer notre Pays à des personnes qui tout en confisquant les sources du savoir, n’ont eu de cesse de cultiver dans le peuple la paresse et l’inculture en lequel elles trouvèrent terreau si favorable.

Comment nous avons pu glisser, aussi sûrement qu’insensiblement de la lumineuse promesse d’être l’étendard d’une Humanité grande et libérée, au noir constat d’une Nation de seconde zone inféodée aux puissances mortifères de l’argent et du marché global, qui n’hésite plus, pour mater son peuple acculé par la misère et montrer à ses maîtres sa dévotion, à utiliser des méthodes et un attirail bientôt digne des pires dictatures ?

Au peuple vociférant bien trop souvent dans la haine et dans la hargne ses légitimes doléances, le gouvernement autiste que nous avons voulu ou laissé mettre en place ne sait opposer que la force d’une armée prompte à agir en dépit de ses propres intérêts parce que loyale malgré tout, augmentée d’une milice d’Etat : que sont sinon des milices, des hommes civils et armés qui affrontent les manifestants et exacerbent la violence aux côtés des forces régulières de l’Etat, contrairement à eux aisément reconnaissables à leur uniforme ?

En voyant cette photo, je me suis dit : « je comprends les moyens engagés pour se défendre face à de tels individus qui de toute évidence ne cherchent qu’à en découdre »…
Erreur : ces civils ne sont pas là pour tirer sur la police, mais bien sur les manifestants !
N’y voit on là ce qu’il me parait légitime de nommer milice d’État ?

Plutôt que de partir en lutte, slogans haineux à la bouche et beuglant plus que chantant les guerrières paroles d’un Hymne poussiéreux qui selon moi a largement fait son temps et gagnerait à être rénové, n’aurions nous pas gagné à nous lever en une véritable armée d’hommes et de femmes libres, pacifiques, démilitarisés, entonnant dans la liesse le Chant de sa libération, et sous la protection de ceux qui devraient être nos Gardiens de La Paix plutôt que nos agents d’exécution,  marchant digne et déterminée en une longue chaîne humaine soudée par le goût retrouvé de La Vraie Fraternité ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 10 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.