Actualité

Circulez : il n’y à rien à voir…


Il y a quelque temps, le Professeur Luc Montagnier, jetant le trouble sinon la panique sur le plateau de CNews exposait sa théorie selon laquelle le Covid-19, enfermant en son sein des séquences du VIH dont la présence ne peut selon lui être expliquée que par une manipulation humaine, serait un virus échappé d’un laboratoire.

Il est à noter que d’autres éminents chercheurs à travers le monde ont – et même avant lui- élevé leur voix dans le même sens, vites étouffées.

Je n’ai ni un intérêt particulier pour une version ou pour une autre -virus naturel ou échappé d’un laboratoire- ni la connaissance et les moyens qui me permettraient de prendre parti pour l’une ou l’autre de ces versions.

Mais le moins que je suis en droit d’attendre en tant que citoyen face à de telles affirmations, c’est un vrai débat public sur les grandes chaînes nationales entre scientifiques, dans un langage clair, courtois et respectueux, avec des arguments quantifiables et réfutables qui me permettrait de me faire une réelle opinion.

Au lieu de cela, à quoi assiste-t-on ? Comme toujours ai-je envie de dire : à des attaques sur la personne et à un simple démenti et une étude contradictoire émanant d’une vague et anonyme équipe de virologues et qu’il m’est tout aussi impossible de vérifier que les travaux du Pr Montagnier.

Encore une fois : circulez, il n’y a rien à voir ! Ce ne sont là que des paroles de vieux fous. La preuve : les études publiées sur le sujet ont été retirée…

Pourquoi n’y a-t-il pas une scène où je puis voir chacun des protagonistes exposer face à face leurs arguments et leur manière de réfuter ceux de la partie adverse ?

Il est tellement plus simple de faire taire tout bonnement les voix discordantes qui s’éloignent du discours de la bien-pensance imposée, me privant ainsi de la manifestation de la vérité et ne me laissant pour le coup que mon sentiment intime pour me faire une opinion…

La vérité cependant, est un processus qui ne peut éclore que de la transparence et d’un libre consensus.

Nous ne pouvons pourtant pas imaginer que l’on voudrait nous cacher la vérité, n’est-ce pas ?


Action collective

Le droit de soigner & d’être soigné

Une action menée par Maîtres Séverine Manna, Arnaud Durand, Christophe Lèguevaques , Jérôme Karsenti, Avocats au barreau de Paris, qui invite à s’unir tous les citoyens qui estiment être en droit de choisir en ce qui concerne leur propre santé, et de recevoir de qui de droit des explications pour ce qui leur est imposé.

Je vous encourage personnellement à vous inscrire sur le site Actions collectives CORONAVIRUS .

Retrouvez cette vidéo dans son contexte


L’Ordre Impérial

Á l’heure où le discours des autorités sanitaires officielles affirme qu’il n’existe aucun traitement pour telle ou telle maladie, il est absolument insupportable que des médecins, fussent-ils de grands spécialistes parfois de renommée mondiale, aient l’outrecuidance de guérir des patients grâce à des protocoles relativement simples et de surcroît peu onéreux !

Ces praticiens, sans aucun doute méritent d’être radiés de l’Ordre des Médecins qui est en place pour s’assurer que nul ne pratique une médecine qui ne soit pas celle dictée par les grands laboratoires pharmaceutiques dont les véritables enjeux, n’en doutons pas, sont plus ceux du pouvoir et de la finance que de la philanthropie et la santé des citoyens…


Image emblème de la Santé du site du Conseil national de l’Ordre des médecins…
Très peu pour moi, merci ! Le moins possible en tous les cas !

Nous ne sommes pas des enfants, et nous devons pouvoir faire individuellement le choix de notre parcours de santé.

En homme libre, je revendique le droit de choisir ma médecine et mon médecin, et celui si bon me semble de mettre ma confiance dans les mains d’un « charlatan » !

Je revendique le droit de mon propre discernement et la responsabilité des conséquences sur ma personne induites par mes propres choix !

Marre de cette dictature tous azimuts qui prétend nous imposer un mode de vie, un mode de croyances, bientôt un mode de pensée !

Il est certes confortable de somnoler en poursuivant le doux rêve que ceux à qui nous avons niaisement laissé les rennes de notre destinée vont nous mener sagement vers un état de quiète plénitude.

Il est pourtant grand temps de se lever si nous ne voulons que le réveil ne soit des plus brutal !


Vive l’illettrisme qui met tout le monde sur un pied d’égalité !

Je suis tombé ce matin sur facebook sur une vidéo…
Le temps d’écrire le commentaire qu’elle m’a inspiré, impossible de la retrouver sur la page…
Alors je la publie sur ce site avec le commentaire en question en guise d’article…



Lamentable ! « Jésus a lavé les pieds… », « les pieds que Jésus a lavés… » pour reprendre l’exemple de la vidéo que je ne souhaite même pas visionner jusqu’à son terme tant elle pue ou l’ignorance savamment masquée sous les titres et diplômes usurpés de spécialistes du langage et de la philosophie de personnes malheureusement chargées d’enseigner la jeunesse –soit les héritiers des savoirs accumulés par les générations qui les ont précédés, ou pire encore, la volonté délibérée de tirer le monde vers le bas en noyant la source de ces savoirs dans un oubli généalogique rendant impossible toute analyse syntaxique qui est l’arcane même de la passation et la compréhension d’un savoir, d’une idée, d’une vision.

La langue écrite est bien plus qu’une simple transcription phonétique de la langue parlée.

Je ne connais malheureusement d’autre langue que le Français que je suis pourtant loin de maîtriser mais que je défendrai avec acharnement de mon vivant.

Cette langue est belle de sa richesse, de sa précision, de sa poésie, de son histoire ; c’est un outil pointu qui permet l’échange des idées en profondeur. C’est cette précision et cette profondeur qu’un certain courant actuel, sous prétexte de simplification, voudrait voir disparaître ; car, ne l’oublions pas, le savoir et la compréhension sont des outils de liberté, et la liberté est l’ennemie de celui qui prétend dominer le monde…

Qui me fera croire qu’un professeur de philosophie – un professeur de Français, passe encore, mais un professeur de philosophie ! n’est pas apte à comprendre la différence qu’il existe entre « Jésus qui a lavé les pieds » et « les pieds que Jésus a lavés » ?

Dans la première proposition, « lavé » est subordonné à Jésus, dont il s’agit là de l’action. Dans la deuxième proposition, « lavés » est subordonné au mot « pieds » qui est un pluriel notifié par le « s » final de la langue française, puisqu’on ne parle plus ici de l’action de laver, mais de l’état en lequel se trouve l’objet transformé par l’action.

Le Français n’est certes pas une langue de fainéants, et demande parfois pour être comprise une certaine dose de réflexion. La règle des accords du participe passé, si elle peut présenter des difficultés de compréhension, n’en n’est pas pour autant arbitraire, mais est justement l’un des outils de précision de ce merveilleux organe du commerce des idées. Qui n’est pas que…

Après avoir saisi cette réflexion, je me suis efforcé d’écouter la démonstration jusqu’au bout… En peu de mots : « vive l’illettrisme qui met tout le monde sur un pied d’égalité ! »…